Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Poème dédié au Président Macky SALL

Posté par: Modou FALL| Lundi 27 juin, 2016 10:06  | Consulté 370 fois  |  0 Réactions  |   
La Grâce est une prérogative constitutionnelle. Nous sommes heureux que le président Macky Sall en ait usé pour une première libération de Karim WADE. C'est un geste humain et élégant que nous approuvons et apprécions. Période ne pourrait être mieux choisie, le  ramadan, un mois béni, un mois de pardon, de prières mais surtout d'acception des prières.  Que le Bon DIEU accepte nos prières.  

LE POÈME  ( MERCI)
 

Macky sall montra par sa bonne éducation que le Sénégal est un pays de tolérance, de Yeurmandé et de pardon. 

Entendre depuis le palais les résonances venant des éclats des anciens arcs de chasse des archaïques ( Tanor et Niasse) sans surprise, prouve sans contestation qu'il est un fin stratège , un grand homme politique. 

Rare son ceux qui aurait réussi de gouverner comme Senghor, d'administrer comme Abdou Diouf et d'oser bâtir comme le bâtisseur WADE, heureux vous devez être. 

Chantonne ou bien chante encore en Serere  "SA WATHIA THIA FAGNI FAGN FAGN SA WATHIA THIA" , un message sage et un symbole d'ancrage aux terreux d'hier, le sine-saloum. 

Interprète bien le dernier message du peuple et priorise sa priorité,  2019 n'est plus loin    

Modou Fall
Degg moo woor
 L'auteur  Modou FALL
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Modou FALL
Blog crée le 11/09/2014 Visité 318707 fois 155 Articles 1584 Commentaires 29 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Libération de Karim : le Kazu Rajab est une bonne occasion pour le président
En libérant Karim, le Président ne fera que renforcer son pouvoir
Le jour où M. Karim WADE sera libéré : le PIT et la LD posent des conditions
"Ila Touba" ne passe pas par Diourbel... Une très grave erreur !
Les coups de la vie : Mon mari m’a vendue à son patron