Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Gambie : écoutons avec lucidité la volonté des Gambiens

Posté par: Modou FALL| Jeudi 22 décembre, 2016 15:12  | Consulté 490 fois  |  0 Réactions  |   
Jammey dans son droit et le peuple dans sa logique. Le conflit des logiques occupe actuellement l'espace médiatique en Gambie, au Sénégal, dans la sous-région et dans les locaux des nations unies. Yaya Jammey, au pouvoir depuis plus de 22 ans, est sur le point de céder la place à un autre , Adama Barrow, si l'on se fie aux résultats déjà annoncés par la Commission électorale indépendante.Cependant, entre deux déclarations contradictoires de Yaya Jammey, la situation en  Gambie a évoluée d'un état stable à une état de doute. Raison pour laquelle, elle nécessite une attention particulière et prudence dans la gestion du revirement. Un revirement motivé par un recours dénonçant des irrégularités dans la comptabilisation des résultats par la Commission électorale indépendante (IEC) et des «intimidations” envers ses électeurs dans une région (selon de texte). Yaya Jammeh a  déposé un recours le 13 décembre devant la Cour suprême. Ce qui laisse entendre qu'il est dans une logique de faire appel à la loi pour trancher le débat afin de confirmer les craintes de Jammey ou l'installation de Barrow à la tête de l'état le 19 janvier 2017. Nous constatons que si la logique du peuple est de faire partir Jammey parce que les Gambiens le désirent, ce serait une bonne chose. Par contre ,s'il faut le faire partir   parce qu'il y a une quelconque pression d'autorités étrangères ou de sociétés civiles par manipulation de l'Opinion, ce serait une erreur qui risque de déstabiliser le pays. Restons prudent. Nous devons attendre que Yaya Jammey aille jusqu'au bout de ce que  lui offre la loi. Que le peuple souverain légitime ( non usurpé) suit sa logique de le faire partir  si tel est sa volonté. Nous en avons un bon exemple avec le Burkina Faso.Le seul élément qui motiverait sérieusement le départ de Jammey, reste et demeura le désir du peuple de le faire partir donc une constitutionnalisation du débat. Yaya Jammey n'a  été élu ni par la CEDEAO ( qui est tout de même devenu un organe fort), ni par l'Union Africain et ni par les Nations Unies. Les Gambiens l'ont élu. C'est le peuple Gambien qui l'avait  élu durant ses 22 ans de pouvoir donc laissons les Gambiens gérer le problème.Ils doivent déterminer  leur sort avant l'arrivé d'une quelconque intervention militaire. Accepteront-ils que  Yaya Jammey reste au  pouvoir si la cour suprême confirme Adama Barrow ?Accepteront-ils que Yaya Jammey reste au pouvoir si cour se déclare incompétente ?Accepteront-ils que Yaya Jammey reste au pouvoir si la cour lui donne raison ?Bref autant de questions qui ne pourront pas être résolues avant le 19 janvier 2017. Donc, nous recommandons à la CEDEAO, à la France, aux Nations unies et autres pays et organisations qui veulent intervenir de s'armer de patience et non d'armes à feu, le temps d'écouter et de lire avec lucidité la volonté des GAMBIENS.  ----------------------------------
Modou FALL
Degg moo woor  /rvdeggmoowoor@gmail.com-----------------------------------
 L'auteur  Modou FALL
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Gambie, Degg moo woor, CEDEAO
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Modou FALL
Blog crée le 11/09/2014 Visité 325877 fois 159 Articles 1601 Commentaires 29 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Libération de Karim : le Kazu Rajab est une bonne occasion pour le président
En libérant Karim, le Président ne fera que renforcer son pouvoir
Le jour où M. Karim WADE sera libéré : le PIT et la LD posent des conditions
"Ila Touba" ne passe pas par Diourbel... Une très grave erreur !
Les coups de la vie : Mon mari m’a vendue à son patron